Deux grands migrateurs le saumon et l’anguille

samedi 4 août 2007
par  estran
popularité : 100%

L’aber, milieu liquide entre terre et océan est un lieu d’importance cruciale pour la reproduction des poissons. Il est aussi un passage obligé pour deux d’entre eux dont le cycle de reproduction comporte des migrations à l’échelle planétaire : des rivières bretonnes aux mers bordières du continent américain pour l’anguille et de l’océan Atlantique aux sources de nos rivières pour le saumon. Une pêche électrique effectuée en 2000 sur le Benouig en aval du moulin d’Avoine a confirmé la présence du saumon et la relative abondance de l’anguille.

Le saumon naît dans l’eau douce puis vers l’âge de trois ans les tacons migrent en mer d’où mâle et femelles ne reviendront qu’à la fin d’un automne pour se reproduire. Leur taille peut alors atteindre un mètre et leur poids plus de 10 kilos. Après la ponte la plupart des saumons épuisés par la migration meurent, Présent jusque dans les années 1980 le saumon est devenu rare dans l’aber. JPEG - 12.8 ko Cette évolution générale sur nos côtes est liée aux nombreux obstacles physiques rencontrés sur sa route de migration et à la dégradation de la qualité des eaux douces et estuarienne. Seules, l’installation d’échelles au niveau des barrages et une eau de qualité peuvent leur permettre de rejoindre les frayères. Le cours du fleuve "Benoît" est obstrué par le moulin du Châtel. Pour ce qui est du "Benouig", le premier obstacle se situe un kilomètre en amont de l’estuaire, des pêches de saumon et de truite de mer y sont encore régulièrement effectuées...

JPEG - 31.7 ko

L’anguille passe la majeure partie de sa vie en eau douce (environ dix ans) avant de migrer vers la mer des Sargasses. Son corps est long de 50 à 100 cm pour un poids de l’ordre de 1 kg. Après la ponte, les anguilles meurent, les larves reviennent vers les côtes européennes en dérivant dans les eaux du "Gulf Stream". Elles sont très recherchées dans les estuaires, sous le nom de "civelle". Le braconnage des civelles et la pollution de nos estuaires et de nos rivières contribuent également à la diminution des effectifs. Dans les fleuves bretons (Léguer, Elorn, Trieux, S) les pêches d’inventaire effectuées depuis 10 ans montrent la raréfaction des anguilles jaunes alors que la pêche des civelles demeure faible, voire inexistante ! Contrairement au saumon, l’anguille peut dans une certaine mesure contourner les obstacles en progressant à l’air libre dans les zones humides. L’anguille est peu pêchée dans l’aber et en eau douce, il est donc difficile de se prononcer sur son évolution. Une pollution à St Thonan en septembre 2001 a révélé une mortalité à tous les stades de vie.


Commentaires  forum ferme

Agenda

<<

2019

>>

<<

Juin

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

10 mars 2010 - Hérons garde-boeufs

Mardi 9 mars, un petit groupe de hérons garde-boeufs se posent dans un champ sur la commune de (...)

10 août 2007 - Une huppe faciée... à Lampaul-Ploudalmézeau

Houp, houp, houp... une huppe fasciée dans un jardin le dimanche 5 août à Lampaul-Ploudalmézeau...